Something yellow…

yellow-1

J’ai commencé à apprécier la couleur sur le tard. Je n’ai longtemps porté que du noir ou, quand je me sentais d’humeur particulièrement festive, du noir et du gris, et à la rigueur du bleu marine (ouh la la cette fantaisie incroyable !)(j’étais un vrai petit arc-en-ciel) (du Mordor). Vous l’aurez compris, les seules couleurs qui me paraissaient acceptables ou tout du moins avec lesquelles j’étais à l’aise étaient essentiellement des couleurs très sombres ou très neutres.

J’aurais préféré me faire opérer de l’appendicite par un chirurgien aveugle plutôt que de porter du rose.

J’aurais préféré écouter 7 fois l’intégrale de Sylvie Vartan plutôt que de considérer porter du corail.

J’aurais préféré prendre un coup de soleil sur la plante des pieds plutôt que de porter du vert mint.

Quant au jaune (cette hérésie), n’en parlons même pas…

Inutile de préciser qu’il en allait de même avec mon intérieur qui n’était qu’une déclinaison de blanc, de marron, de bleu et de boring (si c’est une couleur).

Les choses ont bien changé depuis…

Continue Reading

Rendez-vous sur Hellocoton !

Martinique: le jardin de Balata… (Batataaaaaa*)

jardins Balata Martinique-48Ce billet sur le Jardin de Balata sera un billet (quasiment) sans texte.  Il faut dire que mon cerveau ressemble un peu à un bol de porridge en ce moment, et puis surtout… les photos se suffisent à elles-même – même si elles ne rendent pas vraiment justice à la splendeur et à la luxuriance des lieux, il faut quand même l’avouer. Difficile de fixer sur l’image toutes ces nuances de vert, toute cette diversité un peu folle et la sérénité qui se dégage du jardin… mais je vais quand même essayer.

Allez hop, je vous montre et je vous invite à pousser au nord de Fort de France pour visiter ce très joli jardin botanique si vous allez en Martinique (plus de 200 espèces tropicales, wouhou !)

:) Continue Reading

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un an, un mois, un jour…

et une poussières d’heures aussi…

– que j’ai quitté Paris pour Genève, le cœur battant et le ventre noué par l’excitation et la trouille

– que je me suis avouée que la recherche « classique » à la paillasse n’était plus ma voie et que si j’aimais toujours autant la science -et cette merveille qu’est la biologie-, la recherche et les chercheurs… je me sentais de plus en plus frustrée face à mes boites de culture et mes pipettes ; et que ma place était sans doute ailleurs

– que j’ai complètement changé de vie et de métier (bon ça a l’air facile dit comme ça, mais j’ai passé le premier mois à pleurer tous les soirs devant l’énormité de la tâche et l’étendue des responsabilités que je devais assumer) (pour de vrai) (pour vous donner une idée, escalader l’Everest en tongs les yeux bandés me paraissait plus faisable)Continue Reading

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les crabes, la Martinique et moi…

crabe  Martinique cover

Bon alors je le reconnais, le degré de sexittude de ce titre laisse un peu à désirer… en général, la Martinique évoque davantage les plages de sable blanc, les cocotiers, les acras, les coups de soleil à faire pâlir d’envie un chauffeur routier en plein mois d’Août, les paysages paradisiaques et puis aussi le rhum (ne nous mentons pas…).

Et il y a eu beaucoup de ça dans de la semaine que j’ai passée avec ma petite Larcenette en Martinique, beaucoup de levers de soleil incroyables sur la terrasse (en pyjama, le cheveu un peu fou et les yeux encore embrumés de sommeil) (oui bon, il était 6h du mat aussi…), beaucoup d’exclamations devant des paysages ridiculement beaux et puis cette sensation un peu irréelle d’être plongée au beau milieu d’une carte postale. Mais avant de rentrer dans les détails et de vous montrer le soleil, la mer et cette nature un peu folle, j’avais envie de vous montrer ça…

Ces tous petits crabes.

Parce que c’est l’un de mes plus jolis souvenirs de ce voyage et parce qu’en regardant ces photos, aussi “simples” et peu spectaculaires soient-elles, je respense à cette espèce de joie toute simple et toute enfantine que j’ai ressentie ce soir-là en essayant de les prendre en photos.

J’ai bien dû passer 20 à 30 minutes à essayer de traquer ces petits crabes si méfiants qu’ils rentraient dans leur trou dès qu’ils sentaient ma présence, à glousser comme une gamine accroupie dans le sable, l’oeil rivé au viseur de mon canon.

J’en parlais il y a quelques temps, mais ce luxe là, pouvoir utiliser son temps à faire toutes ces petites choses futiles… c’est un peu ma définition du bonheur.

:)

crabe  Martinique-14

Continue Reading

Rendez-vous sur Hellocoton !