En vrac…

J’ai hâte d’avoir mon chez moi. Mon endroit, mon espace, ma bulle.
La mienne.
Un lieu qui sera à mes couleurs, plein de mon bordel, de mes livres qui trainent partout, de mon rangement improbable de fille pas organisée.
J’ai hâte de pouvoir y déposer mes valises, de pouvoir recouvrir les murs des photos de « mes gens », de ceux qui me construisent, j’ai hâte de déballer mes cartons. J’ai hâte de me retrouver dans ma cuisine au milieu de la nuit et d’y boire un café brûlant pieds nus, j’ai hâte de prendre de longs bains dans ce qui sera ma baignoire, de regarder des séries blottie dans mon canapé, j’ai hâte de me promener nue dans mon appartement.
J’ai hâte d’avoir un lieu dans lequel je pourrai créer de nouveaux souvenirs.
Dans le fond je crois que j’ai hâte d’être seule.
Absolument seule.
Ça fait maintenant six mois que je cours, six mois que je traine mes valises d’appartement en appartement. Six mois que je suis en transit et c’est long…
Terriblement long.
Alors j’ai hâte.
Et puis j’ai peur aussi.
Peur de ce qui va arriver quand je serai seule.
Peur de ce que j’ai consciencieusement laissé de côté jusqu’à présent et qui ne manquera pas de me rattraper quand il n’y aura plus que moi, la mort de mon petit Léoapinou, ce qui s’est passé ces derniers mois, ces dernières années, toutes ces vilaines plaies que j’ai soigneusement ignorées, laissées béantes et recouvertes de jolis papiers colorés pour faire « comme si »…
Alors je sais bien que le chagrin va venir avec la solitude.
Et pourtant je l’attends, j’ai hâte qu’il arrive, j’ai hâte de lui casser la gueule une bonne fois pour toutes et de passer à autre chose. 

Bientôt…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Fatboy (slim)…

Après un redoutable teasing digne d’une publicitaire slovaque proche de la retraite, je ne pouvais pas ne pas vous faire partager cette fantastique découverte que j’ai faite depuis que je vis chez Alex. Et qui n’a rien avoir avec cette substance qui rend complètement… et déclenche dans votre cerveau une sensation quasi orgasmique qui vous laisse la respiration haletante et les yeux brillants…
Bref, qui n’a rien avoir avec les schokobons.

Non, LA chose féerique et extraordinaire qui emplit mon cœur de joie et de contentement depuis que je cohabite avec Alex est un coussin géant, un FATBOY pour être précise (ou plutôt un BIG G).
Alors il faut bien avouer qu’au début j’étais relativement sceptique quant au confort de la bête et que j’avais un peu de mal à comprendre la raison de cette étrange symbiose Alex/coussin… et puis un soir, alors qu’Alex était parti comme chaque mardi à son club de Mariachi, je me suis assise timidement sur ladite chose.

Et là comment dire…

Une révélation.

Ce coussin géant est simplement MA-GIQUE. Il se prête à toutes les positions/utilisations et, pour une raison que je ne m’explique pas, s’avère être un puissant anti-dépresseur (remarquez là j’ai comme un doute et je me demande si ce n’est pas le Feliway qui a été vaporisé dessus qui me fait cet effet-là…)

En tout cas, une chose est sûre, 2010 sera avec un Fatboy ou ne sera pas.

(Et que la honte et l’opprobre soient sur vous si vous avez soupçonné ne serait-ce que quelques minutes Alex d’être un dépravé bourré de vices qui entraîne les gens dans sa chute et tente de revendre leurs organes à Mexico. Il n’est pas ça, il est juste… différent.)

Edit: si quelqu’un pouvait m’aider à calibrer l’écran de mon portable, ça m’éviterait d’avoir de mauvaises surprises

Rendez-vous sur Hellocoton !

Cher Dieu des appartements parisiens…

Cher Dieu des appartements parisiens,

Je sais bien que je n’ai pas été très pieuse ces derniers temps, qu’il est possible que j’ai été négligente sur la balayette, que je n’ai pas exactement fait mon lit tous les matins (cela dit ce n’est pas sur mon lit que le chat va faire pipi mais sur celui du gars du post précédent (mais comme il se drogue (le gars pas le chat), je le soupçonne (le chat pas le gars) de faire ça pour essayer de le remettre dans le droit chemin (le gars))*…
Il est peut-être également vrai que je rechigne un peu à faire la cuisine depuis quelques temps et que je cède souvent aux sirènes du livreur japonais (les sirènes, le poisson cru tout ça… ahem…) mais, MAIS j’aime beaucoup faire les poussières et je regarde religieusement Desperate Housewives (oui je sais c’est un argument un peu moisi mais je tente quand même, des fois que vous soyez branché séries télés et que cela me rende sympathique à vos yeux…)

Cher Dieu des appartements parisiens, je suis d’une austérité sans limites (j’ai d’ailleurs été élevée selon la règle de Saint Benoit) et je n’ai plus d’ami(e)s depuis 1991 – année durant laquelle une correspondante anglaise m’avait généreusement été attribuée par mon collège – ma vie sociale est donc absolument insignifiante voire inexistante et fait de moi la locataire idéale.
Je suis en outre totalement dévouée à la Science et m’engage à passer la plus grande partie de mon temps dans mon laboratoire…

Cher Dieu des appartements parisiens, soyez clément et généreux, mettez mon dossier concernant le charmant petit appart que j’ai visité vendredi sur le dessus de la pile et faites disparaître l’ensemble des dossiers restants (combustion spontanée, renversement intempestif de café, stagiaire mal bienveillant…) (Sinon j’accepte n’importe quoi de décent pour moins de 750 euros hein ! je ne suis pas bégueule)

Cher Dieu des appartements, soyez assuré de mon infini respect à votre égard, je vous promets d’être très très gentille avec la concierge, de faire les vitres toutes les semaines et de ne plus jamais manger de biscottes à fort pouvoir miettogène dans mon lit si vous considérez avec bienveillance ma prière… (et croyez moi, j’aime vraiment beaucoup les biscottes).
Si ce n’est pas trop abuser… si vous pouviez glisser un mot au Père Noël aussi pour moi, et au Dieu de la taille 38, des dents blanches et des cheveux soyeux, ce serait vraiment divin (ah ah ah…) ils mettent un peu de temps à exaucer les prières ces derniers temps…

 

* heureusement que je fais de la science, j’aurais fait une littéraire pathétique avec ce genre de phrase

Rendez-vous sur Hellocoton !

Teasing…

Ahem…

Alors comment dire…

Très prochainement, une note qui explique LE truc vraiment fantastique que j’ai découvert grâce à Alex depuis que je vis chez lui

Edit: oui, oui le teasing c’est mal…
Edit 2: non, non cette photo n’est pas floue, elle est… ahem… conceptuelle, et le post-traitement ukrainien n’est pas un cache misère maladroit et grotesque.
(je pourrais éventuellement argumenter sur le fait que la netteté est "ailleurs" et que cela apporte une dimension supérieure et sert le propos de la photo,  renforçant ainsi l’aspect dramatique du… zzzzzzzzzzzzzzzzzz….. mais non. Même pas)

Edit 3: Maman, je vais bien hein !

Rendez-vous sur Hellocoton !